actualité-1

c86cfb56e48a467a9b64bddf4d7dfae6 L

Chambre nationale des métiers : Les artisans ne veulent pas d’une administration provisoire


Ces artisans dénoncent des manœuvres souterraines visant à installer à la tête de leur chambre des hommes liges.
Chambre nationale des métiers : Les artisans ne veulent pas d’une administration provisoire
Oui à des élections démocratiques et conformes aux textes en vigueur. Non à une administration provisoire. Les artisans de Côte d’Ivoire gardent un très mauvais souvenir de l’administration provisoire qui a géré leur chambre consulaire de 2007 à 2012. C’est pourquoi ils demandent au ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme de prendre toutes les dispositions pour organiser les élections dans les meilleurs délais. « En 2007, une administration provisoire installée, selon le décret, pour 10 mois a duré 5 ans avec toutes les conséquences que l’on sait. Nous ne voulons pas retomber dans la même situation », appréhende un groupe d’artisans que nous avons rencontré le 26 juillet, à Abidjan.
Ces artisans dénoncent des manœuvres souterraines visant à installer à la tête de leur chambre des hommes liges. Ils disent ne pas comprendre la précipitation avec laquelle certains veulent mettre en place une administration provisoire. « Personne ne viendra nous imposer nos dirigeants. Tout se fera dans l’intérêt de notre corporation. Sinon, nous serons dans la rue pour dénoncer les pratiques qui mettent à mal la paix sociale », menacent ces artisans.
Du côté de la Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire (Cnmci), on indique que le président Bamba Kassoum dont le mandat est arrivé à expiration le 12 juin 2017 (il a été élu en juin 2012) attend que la tutelle organise les élections. « Nous avons, en réponse à un courrier du ministre daté du 13 avril, désigné, conformément au décret n° 2016 718 du 14 septembre 2016 portant régime électoral de la Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire, les membres du comité électoral depuis le 19 avril », soulignent des collaborateurs du président. Selon un membre du bureau exécutif, « il n’y a ni crise ni incapacité de gouvernance ». Avant d’ajouter : « Nos textes sont clairs. C’est l’État qui organise les élections. Que le ministère applique simplement les textes en vigueur, afin que le président sortant passe le témoin à celui qui sera élu. Il y va de la préservation de nos acquis ».
Joint par téléphone, le président sortant dit attendre sereinement les élections pour une saine confrontation des programmes. Il nous a simplement convié à une conférence de presse qu’il animera incessamment pour recentrer le débat.

Par J.T

  GRAND MEDIAS COMMUNICATION EVENEMENTIELLE SARL   |   TOUS NOS SERVICES EN 1CLIC

Grand Médias Publicité

 

Grand Médias Events

 

Grand Médias Accueil

 

Grand Médias TV

 

Grand Médias Fm

 

Grand Médias Production

 

Grand Médias Magazine

grandmedias.com